logo aml

ARCHIVES & MUSEE DE LA LITTERATURE

Centre de recherche et de documentation littéraires et théâtrales de la Communauté française de Belgique

Rechercher dans PLUME (nos collections)
Rechercher dans ASP@sia (annuaire du spectacle)

Lucien Christophe

Le Fonds Lucien Christophe

Les fonds Julia Frézin (1870-1950), Gustave Vanzype (1869-1955) et Lucien Christophe (1891-1975) nous sont parvenus conjointement, généreusement offerts, en mai 2002, par les héritières, Marie, Bénédicte, Cécile et Elisabeth Ferrière.

Romancier, dramaturge et premier Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises, Gustave Vanzype épousa la sculptrice et romancière, Julia Frézin dont il eut une fille, Andrée, qui épousa Lucien Christophe.

Le fonds Gustave Vanzype ayant été dépouillé par nos soins en 2003, c’est le fonds Lucien Christophe qui, cette fois, est accessible aux étudiants, chercheurs et artistes.

Ce fonds, qui conserve peu de brouillons des poèmes et écrits fictionnels de Christophe, permet surtout d’appréhender en profondeur ses conférences, textes journalistiques et critiques. Étonnent sa vaste correspondance ainsi que l’ampleur des gages d’admiration, témoignages et études dont il fit l’objet.

Le classement alphabétique des lettres révèle une centaine de patronymes, recouvrant des personnalités aussi diverses qu’André Baillon, Jules Destrée, Francis James ou Madeleine Ozeray. Aux papiers relatifs à sa vie privée et à ses multiples activités succèdent des dossiers « oeuvres » qui traitent d’articles, de livres et d’inédits – dont une pièce de théâtre, Les Deux Règnes (1929). Y sont aussi présentes les minutes de nombreuses conférences et communications radiophoniques aux sujets variés : sur des écrivains (Jean Dominique, Octave Pirmez, Émile Verhaeren…), des peintres (James Ensor, Gustave Van de Woestyne, Rik Wouters…), des pièces de théâtre (Bajazet, Turcaret, Hernani, Tartuffe…) ou abordant des thèmes moins courus : « La Wallonie », « Flandre et Provence », « La forêt de Soignes », « Humanisme et tourisme »… Des coupures de presse attestent ensuite une collaboration à divers quotidiens (Le Soir, La Libre Belgique…) et périodiques (Les Beaux-Arts, Le Figaro Littéraire…). Le fond se clôture sur des documents relatifs aux prix obtenus ainsi que sur des études le concernant, des dossiers « divers » – relatifs à des faits historiques et des questions littéraires – bouclant le tout.


Mais qui était Lucien Christophe ?
Né le 1er mars 1891 à Verviers, Lucien Christophe fut, comme son frère Léon, destiné à une carrière commerciale. Après un passage obligé chez les Jésuites, il est envoyé en Allemagne pour apprendre la langue de ce pays. Lucien en revient la tête farcie de l’oeuvre de Heine, mais sans goût pour le commerce.
Il compose ses premiers poèmes sur les bords de la Vesdre, les insère dans diverses revues mais c’est le journalisme qui le requiert professionnellement comme son frère Léon. La guerre contrarie leurs plans. Ils rejoignent la Hollande à pied, puis, via la côte, s’enrôlent comme volontaires dans l’armée belge retranchée derrière la Lys. Lucien deviendra sous-lieutenant d’infanterie du 3ème Chasseur à pied et recevra l’ordre de Léopold sur le champ de bataille.
Avec Marcel Paquot, Georges Antoine et Louis Boumal dont il honorera la mémoire Christophe fonde Les Cahiers du front en juin 1918. Un coup dur l'attend : Léon meurt en septembre lors des sanglants combats de la forêt d’Houthulst.
Au sortir de la guerre, ses collaborations à L’Indépendance Belge et à La Gazette n’auront qu’un temps. Impressionné par le discours qu’il prononce lors d’un banquet à la mémoire d’Albert Giraud, Jules Destrée l’intègre, le 15 mai 1920, à son Ministère des Sciences et des Arts. Dispensateur de bourses littéraires, expert dans de nombreux jury, lecteur passionné, membre de l’Académie Picard (1920) et de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises (1945), cofondateur des Archives et Musée de la Littérature (1958), Christophe y oeuvre durant trente-six ans, pilier des lettres belges. Il prend une retraite active comme conservateur du musée Constantin Meunier.



Vincent Radermecker

Pour en savoir plus, lire la « Chronique des Archives et Musée de la Littérature : le fonds Lucien Christophe » dans Textyles, n°38, Bruxelles, 2010, pp. 167-170.



Retour à "Coup d'oeil sur une archive"