logo aml

ARCHIVES & MUSEE DE LA LITTERATURE

Centre de recherche et de documentation littéraires et théâtrales de la Communauté française de Belgique

Rechercher dans PLUME (nos collections)
Rechercher dans ASP@sia (annuaire du spectacle)

Adrienne Fontainas

Décès d’Adrienne Fontainas (1929-2010)


Adrienne… Prononcé, ce nom seul ouvrait les portes de la vie et de la subtilité. De l’élégance et de l’intelligence. De la classe et de l’humilité à la fois.

Les fées n’avaient point été chiches, il est vrai, avec cette jeune fille exceptionnellement vive qui vécut tant de belles vacances en bord de Meuse au lieu-dit aujourd’hui de l’Élysette. Outre un père qui taquinait volontiers la plume sous le nom d'Armand Thibaut, elle s’initia comme naturellement au monde entre les songes de Khnopff et le service du pays et de la Couronne. Son mariage avec Luc Fontainas la mit encore plus en contact avec les descendants et les oeuvres de la grande génération léopoldienne.

Une collection prit ainsi corps peu à peu dans l’appartement anversois du couple tandis qu’Adrienne mettait son charme et son dynamisme au service des associations de bibliophiles auxquels elle apporta son inlassable jeunesse. C’est dans ces cadres que prit forme l’aventure qui fut la sienne avec les Archives et Musée de la Littérature. Aussi permit-elle aux chercheurs et aux lettrés qui viendraient après elle et son magistral travail, d’explorer l'activité de cet éditeur rare que fut Edmond Deman (1857-1918) ou celui de la création de Paul Desmeth (1884-1970), écrivain pérégrin qui passa sa vie à l’enseigne du titre de son livre indéfiniment repris, Simplifications (Bruxelles, George Houyoux, 1968).

En octobre dernier, à l’inauguration du nouvel espace Librarium au coeur de la Bibliothèque royale, alors que la maladie ne se dissimulait point, Adrienne Fontainas ne parlait que du récent colloque de l'Association internationale de Bibliophilie qu’elle avait une fois de plus réussi et animé et qui était consacré au patrimoine de la Belgique.

Figure à jamais de la vie, vous qui avez tellement aimé Verhaeren, Chère Adrienne, nous vous envoyons le dernier songe du roseau frêle.


Marc QUAGHEBEUR



Archives "Nécrologie"