logo aml

ARCHIVES & MUSEE DE LA LITTERATURE

Centre de recherche et de documentation littéraires et théâtrales de la Communauté française de Belgique

Rechercher dans PLUME (nos collections)
Rechercher dans ASP@sia (annuaire du spectacle)

Décès de Soeur Bibiane Tshibola Kalengayi


Née à Ndjoko-Punda, au Kasaï Occidental, en République démocratique du Congo, religieuse de la Congrégation des Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie depuis 1956, la Révérende Sœur Bibiane Tshibola Kalengayi est décédée à Kinshasa le mardi 2 juin 2009.

Elle fut une des figures de proue de l’Université congolaise. Docteur en Langue et Littérature françaises de l’Université Catholique de Louvain, elle avait enseigné notamment à Mbuji-Mayi ou à Mbanza-Ngungu. Elle était en poste à l’UNIPN de Kinshasa depuis une dizaine d’années.

Soucieuse, de longue date, du statut et du rôle des femmes dans la société congolaise, elle y avait consacré en 1993 son intervention (Maman zaïroise et démocratie) au colloque Écriture et Démocratie. Les Francophones s’interrogent édité dans la collection « Archives du futur » des Archives & Musée de la Littérature.

Elle avait par ailleurs publié en 2002, chez L’Harmattan, Roman africain et Christianisme, une fort belle étude sur l'ensemble des romans d'auteurs africains francophones au sud du Sahara qui prolonge sa thèse de doctorat. Son exigence intellectuelle comme son travail allaient de pair avec son esprit d’ouverture et d’interculturalité. Ainsi avait-elle fondé le CELIBECO (Centre d’Etudes des Littératures belge et congolaise).

Elle lui avait donné pour symbole La Girafe décrite avec beaucoup d’esprit dans Congo-Meuse N°1, Écrire en français en Belgique et au Congo (Bruxelles, AML Éditions, 1987).

Partenaire depuis vingt ans des Archives & Musée de la Littérature au sein desquels elle effectua des nombreux séjours, Bibiane Tshibola était devenue au Congo la spécialiste des Lettres belges de langue française, domaine auquel elle avait consacré plusieurs articles. Elle avait par ailleurs fondé avec Marc Quaghebeur le périodique Congo-Meuse qui publia en 2008 quatre tomes consacrés aux Aspects de la culture à l’époque coloniale en Afrique centrale.

Ce projet-pilote n’a cessé d’apporter des matériaux nouveaux à la connaissance culturelle et historique de son pays.

Bibiane Tshibola était une femme de tête et de caractère. Elle avait en outre une passion secrète : les fleurs.

Cliquez ici pour le texte d'hommage à Soeur Tshibola par Marc Quaghebeur.

Photo : La Sœur Tshibola en compagnie de Valentin-Yves Mudimbe à Kinshasa en 2001. Doc. AML, fonds Afrique centrale.



Archives "Nécrologie"